Le musée a l'opportunité de faire l'acquisition d'un cabinet flamand du 17e siècle, très rare sur le marché de l'art,

pour compléter le mobilier de la maison de Benoît De Puydt.

Placé dans la cuisine, ce "cabinet du Roi Salomon" permettrait de mettre en valeur le musée et la très riche collection de faïences et de céramiques du collectionneur.

Pour ce faire, le musée lance une campagne de financement participatif pour réunir 3000€

des 6000€ nécessaires à l'acquisition de ce meuble exceptionnel.

Ce meuble est une occasion inespérée de recomposer le mobilier de la maison de Benoît-De-Puydt presque entièrement détruite lors de la Grande Guerre. De cette importante collection ne restent aujourd’hui que sept cabinets qui font la fierté du musée de Bailleul. Reconstruit comme une maison particulière après la guerre, le musée dispose d’une cuisine dont les meubles n’ont pu être sauvés. Ce cabinet de type Assendelfter permettrait de présenter la très riche collection de faïences et céramiques dans l’esprit de la maison de collectionneur chère au fondateur.

 

Le cabinet du roi Salomon

Ce type de meuble tient ses origines de la région de ‘De Zaan’ (ou Zaanstreek), en Hollande septentrionale, dont le village d’Assendelft fait partie. De Zaan est un canal le long duquel se sont développées beaucoup d’industries utilisant les moulins à vent en bois néerlandais. Ce meuble s’apparente à un dressoir, meuble qui apparaît au XVe siècle et dont la fonction est de présenter et ranger la vaisselle de faïence, de cuivre, d’étain ou d’orfèvrerie pour les plus fortunés. Reflétant la richesse du propriétaire, le décor, sculpté dans un premier temps, devient peint à partir du XVIe siècle en intégrant les techniques et les motifs venant d’Italie.

Une acquisition exceptionnelle pour le Musée Benoît-De-Puydt
Ce cabinet semble reprendre les «codes artistiques « initiés par la Renaissance italienne : une iconographie biblique, en l’occurrence celle du Roi Salomon avec des scènes historiées, des motifs décoratifs rappelant le goût pour l’exotisme et les Grandes Découvertes à travers la présence d’animaux fabuleux, d’oiseaux, et de nombreux autres végétaux. La scène marine et la scène de chasse maniériste sont également des thèmes répandus en Italie dans la première moitié du XVIe siècle. Le décor peint dans son ensemble se rapproche de l’activité picturale des Pays-Bas à la fin du XVIe siècle et dans la première partie du XVIIe siècle. Il n’en existe aucun dans les collections des musées de France.

Un appel aux dons
Associez votre nom à l’enrichissement d’un musée ancré dans l’histoire et le patrimoine de Flandre. Le musée lance une campagne de financement participatif pour réunir 3000€ des 6000€ nécessaires à l'acquisition de ce meuble exceptionnel.

Les souscriptions transitent par le site de mécénat participatif Dartagnans et permettent de bénéficier d'une réduction d'impôts et de contreparties en fonction du montant du don. Les personnes qui le souhaitent peuvent également effectuer leur versement par chèque.

SUIVEZ-NOUS

sur les réseaux sociaux

© copyright 2021. Tous droits réservés.